Des patrimoines >> Patrimoine industriel >>
 

Patrimoine industriel

Une région pionnière pour l’industrie



Les Villes de Saint-Etienne et Vienne, les Pays du Forez et de Paladru valorisent leur patrimoine industriel.

Une région pionnière pour l’industrie

La région Rhône-Alpes est placée, pour le patrimoine industriel, sous le signe de la diversité. La raison en est avant tout géographique : les habitants des nombreuses vallées et montagnes du Massif Central, des Alpes ou du sud du massif jurassien ont très tôt cherché des compléments aux activités de polyculture et élevage : activités textiles (chanvre, laine et soie) dans les Cévennes ardéchoises, les Monts d’Ardèche et la Loire, clouterie dans les vallées de Savoie, métallurgie dans la Loire ...Cette histoire pré-industrielle explique la répartition des industries dans une grande partie du territoire rhônalpin. à l’ère industrielle.
Par la suite, la révolution du fer et du charbon a libéré les activités industrielles de la force hydraulique, suscitant le développement, notamment dans le bassin stéphanois de la métallurgie, des grandes forges aux industries de précision.

L’invention du système turbine-alternateur a permis un nouveau développement industriel à travers « la houille blanche », permettant l’expansion d’industries comme les papeteries (Lancey, Villars Bonnot). La fin du XIXe siècle, puis la première moitié du XXe siècle voient en Rhône-Alpes la mise en place d’un vaste réseau de barrages qui exploitent systématiquement la ressource des rivières de montagne et des grands cours d’eau comme le Rhône (barrage de Cusset ou de Pierre-Bénite). L’hydro-électricité en zone de montagne donne lieu à la construction de très grands barrages qui participent du patrimoine national, comme par exemple le barrage de Génissiat.

Autre trait géographique marquant : les voies de passage, où les hommes réalisent à partir du XIXè siècle notamment de grandes infrastructures : voies de chemin de fer, puis réseau de routes et d’autoroutes. Les ouvrages d’art réalisés par les ingénieurs du XIXe siècle (ponts suspendus de Marc Seguin) et aujourd’hui, les infrastructures de béton impressionnantes de certains franchissements autoroutiers dans les Alpes ou le sud du Jura participent du patrimoine industriel du XXe siècle.

Il convient enfin de mentionner le génie industrieux des grands ingénieurs, savants, mécaniciens et grands industriels : les frères Montgolfier, Vaucanson, Jacquard, Thimonnier ou encore à l’orée du XXe siècle les inventeurs des industries contemporaines, automobile ou image animée avec Marius Berliet ou les frères Lumière. Le patrimoine industrile c’est aussi l’habitat généré par l’industrie : hôtels particuliers des dirigeants, usines-pensionnats, cités ouvrières ...

...qui marque paysages et mémoires

Les Villes et Pays d’art et d’histoire invitent à découvrir ces nombreux savoir-faire, à interroger archives et œuvres d’art, à lire les paysages en observant la manière dont l’industrialisation et ses mutations ont façonné les hommes et leur cadre de vie, que ce soit à l’échelle d’un quartier, d’une commune ou d‘une vallée. Les VPah s’attachent également à la sauvegarde de ces patrimoines qui, souvent privés de leur fonction d‘origine, doivent trouver une vie nouvelle.


Façade principale d'un atelier d'armurier
Façade principale d’un atelier d’armurier


Espace Fauriel, réhabilitation de l'ancienne manufacture Manufrance
Espace Fauriel, réhabilitation de l’ancienne manufacture Manufrance


Brochure sur le circuit éditée par le VPah
Brochure sur le circuit éditée par le VPah


Saint-Etienne


 Le quartier des armuriers

 La fabrication d’armes de Saint-Étienne remonte à la fin du Moyen Age. La renommée des ateliers d’armuriers s’est rapidement étendue, au point d’avoir des commandes royales pour les troupes et de pouvoir bénéficier du titre de « Manufacture royale » en 1764. Initialement située place Chavanelle, cette manufacture a fourni des produits soigneusement contrôlés suivant une réglementation très stricte avant d’être reconstruite et agrandie dans la plaine du Treuil pour devenir, suivant les progrès techniques, un établissement moderne où la mécanisation de l’arme va trouver un outil formidable.. Son importante activité industrielle, majeure dans l’histoire économique de la ville, a généré un regroupement spatial des ateliers et a marqué le paysage urbain de ce quartier du sud-est de la Ville.

Edifiés à la fois pour abriter les nombreuses activités artisanales liées à l’industrie de l’arme (14 spécialistes interviennent successivement dans la fabrication d’une arme de chasse) mais aussi pour loger les ouvriers, ce type d’immeubles se développe au XVIIIe siècle en raison du formidable essor de la Manufacture d’Armes. L’espace armurier à la production très divisée impose un va et vient des marchandises et des hommes qui sature le réseau viaire insuffisant avec les nombreuses charrettes. Le déplacement des piétons s’effectue alors par un réseau interne de traboules et passages entre les propriétés. Ce type de cheminement particulier est encore perceptible dans le réseau actuel malgré les profonds changements urbains du XIXe siècle.

Une visite thématique proposée prioritairement aux scolaires du cycle 3 et du collège s’accompagne de démonstration de savoir-faire exécutée par les armuriers encore en activité dans ce quartier. Elle peut se coupler avec une découverte de la collection d’armes du Musée d’art et d’Industrie de Saint-Etienne.



Plan du site Haut de page Crédits Infos pratiques