Un projet de territoire <<

Télécharger la carte situation en Savoie
424.1 ko

Arêches
Arêches



Hauteluce, église baroque
Hauteluce, église baroque



Paysan et fenaison en alpage, Savoie
Paysan et fenaison en alpage, Savoie



Cadran solaire à Valloires
Cadran solaire à Valloires



Plagne centre, 1961-1969, Macôt, Tarentaise
Plagne centre, 1961-1969, Macôt, Tarentaise



Une cheminée de Saint André, Maurienne
Une cheminée de Saint André, Maurienne



Village de Bessans, découverte aux flambeaux, Maurienne
Village de Bessans, découverte aux flambeaux, Maurienne



Intérieur Charlotte Perriand, station Arc 1600, Bourg-Saint-Maurice / Les Arcs, Tarentaise
Intérieur Charlotte Perriand, station Arc 1600, Bourg-Saint-Maurice / Les Arcs, Tarentaise



Immeuble La traverse, fin des années 1960 visite guidée, station Arc 1600,
Immeuble La traverse, fin des années 1960 visite guidée, station Arc 1600,


Hautes vallées de Savoie

Quatre vallées en zone de montagne
Le Pays des Hautes vallées de Savoie couvre quatre vallées qui comprennent 117 communes et 105 000 habitants :
  • La Maurienne, un des grands passages stratégiques vers Turin et l’Italie.
  • La Tarentaise, qui concentre sur son territoire une forte densité de stations de sports d’hiver, créées ex nihilo durant les Trente Glorieuses, symboles de l’idée de modernité et de rationalité (Courchevel, La Plagne, les Arcs, les Ménuires…).
  • Le Beaufortain, resté à l’écart des développements touristiques et industriels, à l’exception des barrages de Roselend et de la Girotte. L’activité pastorale est toujours dominante.
  • Le Val d’Arly, zone de contact et voie de communication entre deux axes alpins majeurs : la route Albertville-Chamonix et la route des Grandes Alpes.
 
Une histoire partagée
Malgré leur diversité, des points communs relient ces vallées : leur appartenance aux Etats de Savoie jusqu’en 1860, l’art baroque, l’économie agro-pastorale, et l’aménagement de la montagne au XXe siècle (houille blanche, stations de sport d’hiver).
 
Un projet
En décembre 1991, les vallées de Maurienne et de Tarentaise ont obtenu le label Pays d’art et histoire. Cette convention a été renouvelée en 2006 et étendue au Beaufortain et au Val d’Arly. Les quatre syndicats de vallée sont signataires de la convention. Celle-ci marque le passage d’un projet principalement touristique, à un projet de territoire destiné aux habitants.
 
Autour de la question du rapport de l’homme à la montagne, quatre thématiques sont particulièrement développées :
  • Les Chemins du baroque ®, mise en réseau de quatre-vingt églises et chapelles réparties dans les hautes vallées savoyardes ;
  • Pierres-fortes de Savoie ®, sélection de dix sept sites fortifiés ;
  • Terres des Alpes ®, programme destiné à valoriser le patrimoine rural ;
  • Archipels d’altitude ®, découverte de l’histoire et de l’architecture des stations de sports d’hiver.
     
Dans le cadre de la réflexion autour de la création d’un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine, un projet structurant autour du pastoralisme a débuté en 2009. 
 
Une fondation comme lien :
 
Ce projet est porté par la Fondation FACIM . Reconnue d’utilité publique en 1976, cette fondation a pour vocation d’initier un large public aux arts, aux sciences, à la culture et aux patrimoines. Signataire de la convention Pays d’art et histoire en partenariat avec le Département de Savoie, elle fait découvrir le patrimoine des Hautes vallées de Savoie.
 
Pays d’art et d’histoire des Hautes vallées de Savoie
Contact : Pierre-Yves Odin : animateur de l’architecture et du patrimoine.
 
Fondation FACIM
59, rue du commandant Perceval
73000 CHAMBERY
 
Tél. 04 79 60 59 03
Mell : info@fondation-facim.fr
Web : www.fondation-facim.fr

Plan du site Haut de page Crédits Infos pratiques