Lettre d'information de la DRAC Rhône-Alpes

La grotte Chauvet-Pont d’Arc va faire parler d’elle en avril !

patrimoine - archéologie - culture numérique - Ardèche

Le 18 décembre 1994, Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hillaire faisaient, dans le cadre de leurs activités spéléologiques privées, une découverte qui allait bouleverser les connaissances sur l’art préhistorique : la grotte Chauvet-Pont d’Arc et tout particulièrement ses peintures.

Leur datation établie à 36 000 ans par différents laboratoires est un coup de tonnerre dans la pratique établie d’une histoire chronologique progressive de l’art. La grotte se distingue aussi par la singularité du bestiaire représenté : espèces disparues d’animaux dangereux tels le lion des cavernes, le rhinocéros laineux ou encore l’ours des cavernes qui hivernait dans la grotte et y a laissé de nombreux ossements(195 crânes d’ours répertoriés). Elle est remarquable aussi par la maîtrise précoce des techniques picturales employées et qui en font la première manifestation artistique d’envergure connue à ce jour.

L’Homo sapiens Aurignacien a probablement choisi cette grotte pour la beauté de ses paysages karstiques et ses spectaculaires concrétions. Ainsi l’a-t-il non seulement ornée mais aussi aménagée.
Protégé par l’éboulement du porche de la grotte il y a 22 000 ans, ce haut lieu de l’histoire de notre Humanité est un exceptionnel réservoir de données fossiles sur les mentalités, les croyances et la pensée créative des premiers hommes.
Dès 1998, une équipe scientifique se lance dans une recherche pluridisciplinaire qui porte autant sur la formation géomorphologique de la cavité que sur la fréquentation alternée de l’homme et l’animal ou sur la création plastique des œuvres.

Depuis le 22 juin 2014, cette grotte extraordinaire est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Pourquoi la grotte originale ne sera jamais ouverte au public ?

Le ministère de la Culture et de la Communication mène une action significative dans les domaines de la recherche, de la conservation et de la valorisation de la grotte. La grotte Chauvet-Pont d’Arc ne sera jamais ouverte au public. C’est la plus drastique des conditions de la protection de ce patrimoine unique car il faut préserver ce miraculeux équilibre qui a permis que cet incroyable témoignage traverse le temps. Des relevés climatologiques et bactériologiques réguliers permettent de faire en sorte que le fragile environnement naturel interne de la grotte reste à l’équilibre.

Cependant, dés le mois d’avril deux manières de visiter la grotte vont s’offrir à vous

- une grotte numérique...

Le ministère de la Culture et de la Communication met en ligne, mi avril, un nouveau site consacré à la grotte. Véritable voyage dans le temps, il présente son évolution, une très riche documentation (visites virtuelles, animations, vidéos, restitutions 3D) permet de visiter virtuellement ce sanctuaire inaccessible.

Ce site été entièrement repensé à l’occasion de l’ouverture de la réplique de la Grotte.

- la Caverne du pont d’Arc, restitution de la grotte originale qui ouvrira ses portes au public le 25 avril 2015.

Ce projet culturel, scientifique et technologique est unique dans sa conception comme dans sa dimension : 3 000 m² au sol et 8 180 m² de faciès géologique – sols, parois et plafonds.

Ce chantier unique a été piloté par le Syndicat mixte de la Caverne du Pont d’Arc, et financé à hauteur de 55 millions € par l’État, le Conseil général de l’Ardèche, la Région Rhône-Alpes et l’Europe.

Marie Bardisa

liens

- Le site web de la grotte

- La caverne du Pont d’arc


Grotte Chauvet-Pont d'Arc

Grotte Chauvet-Pont d’Arc

Caverne Pont d'Arc

Caverne Pont d’Arc