Lettre d'information de la DRAC Rhône-Alpes

Patrimoine restauré

La restauration du chemin de croix de l’église de Valsonne (Rhône)

patrimoine - Rhône

Depuis 1994, l’église de Valsonne est inscrite au titre des monuments historiques, en raison de l’intérêt de son décor peint datant de la fin du 19e siècle. En effet, chaque pan de mur est recouvert de peintures, témoignant des croyances de la communauté catholique de cette commune, dévotions caractéristiques de cette époque en France. L’auteur, Raphaël Corazza, s’est portraituré dans l’édifice, sa palette en main.

Des infiltrations d’eau ont causé des dégâts au décor, côté nord. Les réparations indispensables effectuées, la commune a programmé la restauration du chemin de croix qui s’étend sur la partie inférieure des murs de l’entrée et des bas-côté, scènes complétés par le purgatoire et l’invite au chemin de croix, répartis autour d’un médaillon occulté par un badigeon opaque, côté nord.

Les travaux de restauration ont été effectués sous la maîtrise d’ouvrage de la commune, par le cabinet Onovo architecture (Jean-Luc Bigeard) et la Société Pictura (Cécile Graven), le contrôle scientifique et technique ayant été assuré par la conservation régionale des monuments historiques.

Le rapport de restauration établi par Cécile Graven indique que la première intervention a été la consolidation du support, composé de mortier de chaux. L’application de papier Japon, suivie d’injections de colle thermosensible a permis de conserver la plupart des écailles et de retrouver la cohésion de la surface picturale, probablement composée d’huile de lin et de blanc de Meudon, ou de zinc. Dans certaines zones trop lacunaires, seule la silhouette des personnages a été suggérée. Sur le mur sud, un dépoussiérage et un nettoyage ont été effectués, accompagnés d’un dévernissage, révélant l’expressivité dramatique des scènes.

Lors de l’avancement du chantier, la restauratrice a constaté une différence de traitement pictural dans les dernières scènes : l’invite au chemin de croix et le purgatoire. Une fois le vernis très orangé ôté, sont apparues des reprises de peinture, recouvrant les glacis. Elles ont été très ponctuellement supprimées ou allégées afin de ne pas parasiter la lecture globale. Une série de constatations a conduit la restauratrice à penser que cette scène était restée inachevée et avait été homogénisée par le passage du vernis. En outre, le dégagement du médaillon a révélé une représentation de la Vierge à l’Enfant.

Grâce à l’engagement de la commune, son patrimoine a pu être sauvegardé et mis en valeur ; il sera présenté à tous le 13 septembre, ainsi que lors des journées européennes du patrimoine 2014. Un effort pédagogique est nécessaire pour permettre au public de comprendre un décor aussi foisonnant et dont les dévotions se sont souvent perdues, comme le rôle du Purgatoire qui a été remis en cause par le cataclysme de la Première Guerre mondiale.

Catherine Guillot, Conservatrice en chef du patrimoine, Conservation régionale des monuments historiques, Drac Rhône-Alpes

lien

Dossier complet sur cette restauration


Eglise de Valsonne (Rhône). Vue du bas-côté sud : quatre stations du chemin de (...)

Eglise de Valsonne (Rhône). Vue du bas-côté sud : quatre stations du chemin de croix © Drac Rhône-Alpes, phot. Jean-Marie Refflé

Eglise de Valsonne (Rhône). Autoportrait de Raphaël Corazza © Drac (...)

Eglise de Valsonne (Rhône). Autoportrait de Raphaël Corazza © Drac Rhône-Alpes, phot. Jean-Marie Refflé

Eglise de Valsonne (Rhône). Bas-côté nord, cinquième station : Simon le (...)

Eglise de Valsonne (Rhône). Bas-côté nord, cinquième station : Simon le Cyrénéen aide Jésus à porter sa croix © Drac Rhône-Alpes, phot. Jean-Marie Refflé

Eglise de Valsonne (Rhône). Bas-côté nord, le Purgatoire et l'Invite au chemin (...)

Eglise de Valsonne (Rhône). Bas-côté nord, le Purgatoire et l’Invite au chemin de croix © Drac Rhône-Alpes, phot. Jean-Marie Refflé