Lettre d'information de la DRAC Rhône-Alpes

Patrimoine restauré

L’église Saint-Marcel de Bouligneux (Ain) retrouve de son éclat après une première phase de restauration

patrimoine - Ain

Confrontée à la nécessité d’une opération de grande ampleur sur cet édifice, inscrit en totalité au titre des monuments historiques par arrêté du 9 avril 2008, la commune a souhaité en entreprendre la restauration en cinq tranches de travaux, dont la maîtrise d’œuvre a été confiée à Christophe Guyonnet, architecte du patrimoine.

La première tranche a débuté par l’assainissement intérieur. Celui-ci a consisté à piquer les soubassements en ciment et scier le dallage ciment en pied des murs afin de favoriser l’évacuation de l’humidité du sol. Cette première tranche concerne également la restauration de la chapelle nord, fondée en 1406 par Pierre de La Palud, seigneur de Bouligneux.

La restauration des décors, menée par l’atelier de Gérard Emond, a permis de retrouver les traces de plusieurs états successifs, dont le premier, sans doute contemporain de la fondation, comprenait, en partie basse, une belle balustrade et des effets de faux-marbre. Si des témoins de cet état – très dégradé – ont été conservés, c’est un décor plus tardif mais bien conservé, du début du XVIIe siècle, qu’il a été décidé de mettre en valeur, en supprimant les couches de peinture du XIXe et du XXe siècles.

Les travaux vont s’achever d’ici la fin du mois d’avril. Les fidèles et les visiteurs découvriront désormais une chapelle enduite de blanc au XVIIe siècle, sur les murs de laquelle court, en partie haute, une litre funéraire apposée lors du décès d’un seigneur de Bouligneux, et martelée à la Révolution (les traces de cet effacement ont été conservées). Les culots sculptés des arcs et le retable-calvaire du XVe siècle ont retrouvé une polychromie qui doit également dater du XVIIe siècle et recouvre une polychromie plus ancienne qui a été étudiée. Parmi les découvertes en cours de chantier figurent une belle porte qui a été rouverte, l’emplacement d’un bénitier polychrome et quelques tracés géométriques laissés par les maçons du XVe siècle, qui resteront visibles.

A l’extérieur, outre le piquage des enduits ciment, la maçonnerie en carrons de terre cuite et galets a été reprise ponctuellement. Un enduit à la chaux a été réalisé à pierres vues. Les contreforts et les encadrements de baies en pierre ont été restaurés, avec remplacement en recherche de certaines pierres trop abimées pour être conservées.

Ce chantier de 164 500 euros HT est financé par la commune avec l’aide de l’État-ministère de la Culture et de la Communication (25% du montant, soit 41 125 euros). La Fondation du Patrimoine a également lancé une souscription. La commune souhaite le démarrage en 2014 de la seconde tranche de travaux, qui concernera la poursuite de la restauration des façades nord et la restauration du clocher.

En 2014, ce sont plus de soixante opérations qui seront financées (pour les monuments historiques appartenant à l’État) ou aidées (pour les monuments historiques n’appartenant pas à l’État) par la DRAC Rhône-Alpes sur l’ensemble de la région.

Gilles Soubigou et Denis Grandcler - DRAC Rhône-Alpes


Eglise de Bouligneux (Ain) Crédit Christophe Guyonnet

Eglise de Bouligneux (Ain) Crédit Christophe Guyonnet

Eglise de Bouligneux (Ain) Crédit Christophe Guyonnet

Eglise de Bouligneux (Ain) Crédit Christophe Guyonnet

Eglise de Bouligneux (Ain) Crédit Christophe Guyonnet

Eglise de Bouligneux (Ain) Crédit Christophe Guyonnet

Eglise de Bouligneux (Ain) Crédit Christophe Guyonnet

Eglise de Bouligneux (Ain) Crédit Christophe Guyonnet