Lettre d'information de la DRAC Rhône-Alpes

L’oeuvre d’Ann Veronica Janssens pour la chapelle de Grignan sera inaugurée le 25 mai 2013

Arts plastiques - Drôme

La chapelle Saint-Vincent, située à Grignan, un des plus beaux paysages de la Drôme provençale, date de la fin du XII ème ou du début du XIII ème siècle. Elle devint église paroissiale du milieu du XIIIe à la fin du XVe siècle. La nef fut alors agrandie d’une travée sur laquelle fut remonté le portail de tradition romane, et la chapelle reçut une nouvelle voûte en berceau brisé, le chevet pentagonal est le fruit d’un remaniement plus tardif du XVII ème ou du XVIII ème siècle.
 
Celle-ci vient de faire l’objet d’une commande publique de la commune de Grignan (Drôme) à l’artiste belge Ann Veronica Janssens, en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication.
 
Née en 1956, Ann Veronica Janssens développe depuis plus de trente ans une oeuvre qui jouit d’une reconnaissance internationale. Très tôt, son travail a conjugué peinture, sculpture et un intérêt remarqué pour la lumière, naturelle et artificielle.
Un extrait de sa note d’intention initiale indique que « la proposition pour l’espace de la Chapelle aborde la question de la sculpture et de la picturalité par des interventions minimales qui fusionnent au coeur d’un projet global. L’intervention principale a lieu au niveau des vitraux, par les ouvertures à la lumière naturelle. Elle est complétée d’une double projection de lumière artificielle, abstraite, immatérielle et colorée sur la voûte et le fond de l’abside. Un programme de restauration et d’allègement du mobilier vient parachever le projet. ».
 
Au final, son intervention englobe et met en valeur la totalité de l’architecture intérieure de l’édifice.
 
Cette conception de vitraux est une première en France et peut-être une première mondiale . L’ambivalence de leur identité - à la fois peinture et sculpture – mais également la subtilité et la variété dans le temps de leurs effets lumineux et architecturaux en font une réalisation unique. Qui souhaite les apprécier au mieux aura sans doute intérêt à les voir à des moments et sous des conditions météorologiques différents.
 
Cette commande publique d’un coût total de 270 000 € a été financée par le ministère de la Culture et de la Communication – Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes à hauteur de 146 300 € et par la ville de Grignan à hauteur de 123 700 € [hors coût des travaux de restauration de la chapelle financés par la ville de Grignan]
 
 
La commande publique
 
Cette réalisation s’inscrit dans le cadre de la commande publique initiée en 1983 qui manifeste la volonté de l’Etat, associé à des partenaires multiples (collectivités territoriales, établissements publics ou partenaires privés), de contribuer à l’enrichissement du cadre de vie et du développement du patrimoine national, par la présence d’oeuvres d’art en dehors des seules institutions spécialisées dans le domaine de l’art contemporain. Elle vise également à mettre à la disposition des artistes un outil leur permettant de réaliser des projets dont l’ampleur, les enjeux ou la dimension nécessitent des moyens inhabituels.
 
Histoire de Grignan
 
Situé dans un des plus beaux paysages de la Drôme provençale, Grignan, village perché et fortifié, couronné par l’imposante silhouette du château, est un des sites incontournables du patrimoine drômois. Le bourg castral, mentionné dès le XIIème siècle, se développe tout au long du Moyen Age avec le rôle grandissant de la puissante famille des Adhémar. Le village et son château connaîtront d’autres heures de gloire au XVIe siècle avec la création des faubourgs, du jeu du Mail, l’édification de la collégiale Saint-Sauveur et les grands travaux de modernisation et d’embellissement du château.
 
La renommée du site s’accroît encore au XVIIe siècle avec François de Castellane Adhémar, comte de Grignan, qui exerça pendant près d’un demi-siècle les fonctions de lieutenant général et de gouverneur de la Provence. Son mariage avec Françoise Marguerite de Sévigné en 1669, sera à l’origine de la célèbre correspondance épistolaire échangée entre la marquise de Sévigné et sa fille, la comtesse de Grignan. L’embellissement et la modernisation du village se poursuivent au XIXe siècle avec l’édification des fontaines, du lavoir, de l’hôtel de ville dans le style néo-gothique, et plus récemment avec les aménagements urbains contemporains qui accompagnent le développement économique du village, tout en préservant la richesse de son patrimoine architectural et la qualité de ses paysages.
 
Lien
Grignan
 
- La commande publique - site du CNAP
 

Commande publique d'Ann Veronica Janssens - Grignan - Drôme

Commande publique d’Ann Veronica Janssens - Grignan - Drôme

© Isabelle Arthuis

Commande publique d'Ann Veronica Janssens - Grignan - Drôme

Commande publique d’Ann Veronica Janssens - Grignan - Drôme

© Isabelle Arthuis

Commande publique d'Ann Veronica Janssens - Grignan - Drôme

Commande publique d’Ann Veronica Janssens - Grignan - Drôme

© Isabelle Arthuis

Commande publique d'Ann Veronica Janssens - Grignan - Drôme

Commande publique d’Ann Veronica Janssens - Grignan - Drôme

© Isabelle Arthuis