Lettre d'information de la DRAC Rhône-Alpes

Histoire d’une protection au titre des monuments historiques : Le chalet Lang à Courchevel

patrimoine - architecture - Savoie

Le 9 janvier 2012, la Commission nationale des monuments historiques s’est prononcée à l’unanimité en faveur du classement parmi les monuments historiques du chalet Lang de Courchevel 1850 (Savoie).
 
Réalisé en 1950, ce chalet est l’un des témoignages les plus intéressants de la production architecturale d’habitat individuel de villégiature en montagne du XXe siècle. Sa construction au tout début des années 1950 est concomitante de la fondation de la station de Courchevel 1850, de réputation internationale. Il constitue un échelon du plan d’urbanisme de stations en site vierge, conçues par Laurent Chappis avant tout comme des centres sportifs, dans une relation respectueuse du milieu alpestre. Son auteur, l’architecte Denys Pradelle (1913-1999), est une personnalité majeure dans le milieu de l’architecture moderne alpine en France (atelier d’ architecture en montagne, qui a réalisé des opérations parmi les plus prestigieuses dans ce domaine, notamment avec Charlotte Perriand, aux Arcs par exemple).
 
Le chalet Lang lui même est un modèle, par sa conception plastique, son intégration dans le site, le soin dans la réalisation des détails allant jusqu’au mobilier intérieur.
Le parti architectural – une « boîte » habitable posée sur une forte pente rattrapée par deux « pattes » en béton – et le choix des matériaux (béton, maçonnerie, métal et bois, l’isolation étant assurée par des panneaux de paille compressée, ou Solomite) contribuent à construire un rapport inédit entre le bâtiment et son environnement naturel, largement ouvert au sud par de grandes baies vitrées
Remarqué très tôt par la critique architecturale, il est publié dès 1952 dans différentes revues d’architecture.
Il est aujourd’hui le dernier témoin des chalets « à pattes » de la station, toutes les autres constructions de ce type ayant été soit transformées, soit démolies.
Contrairement au chalet, le site s’est dégradé et densifié de manière irréversible par la construction massive de chalets de « type tyrolien ». Le chalet Lang fait figure, dans le cadre actuel de Courchevel, de monument remarquable, et suscite la curiosité tant son architecture, d’une audacieuse sobriété, tranche avec le conformisme archaïsant des constructions d’aujourd’hui.
 
Le chalet Lang, bien connu par le travail du service régional de l’Inventaire et de l’École d’architecture de Grenoble sur les stations de sports d’hiver en Rhône-Alpes, a fait l’objet en 2001 d’un avis favorable de la Commission régionale du Patrimoine et des Sites en vue de son inscription. L’arrêté d’inscription ne fut jamais signé, le propriétaire s’étant opposé à cette inscription, mais s’étant engagé moralement à n’effectuer aucune modification irréversible de son vivant.
En janvier 2011, la Conservation régionale des monuments historiques a été informée d’un permis de construire incluant autorisation de démolir accordé en octobre 2010 pour le chalet Lang et la construction d’un nouveau chalet . Le chalet avait été vendu entretemps.
 
Une décision du ministre de la culture en date du 28 janvier 2011 portant ouverture d’une instance de classement a aussitôt été prise pour contrer le projet de démolition.
Cette mesure a placé le chalet sous le régime du classement pour une période de 12 mois pendant laquelle le chalet a été à l’abri de toute destruction.
 
Pendant cette période, la CRMH et l’Inspection générale des patrimoines ont recherché une solution d’avenir pour conserver l’édifice. Ils ont convenu avec le nouveau propriétaire et bénéficiaire du PC, et M. Blanc-Tailleur, maire de Courchevel, avec ses services techniques, d’un déplacement du chalet sur un terrain mis à disposition par la commune, qui réponde aux caractéristiques originelles d’implantation du chalet.
Le 4 novembre 2011, la CRPS a voté à l’unanimité l’inscription en totalité au titre des monuments historiques du chalet Lang et a prononcé un vœu de classement. L’arrêté d’inscription a été signé le 28 janvier 2012.
L’arrêté de classement sera signé bientôt, aussitôt que le chalet aura été remonté sur son nouveau terrain, et que la commune en sera devenue propriétaire dans un projet de valorisation patrimoniale de la station et du chalet lui-même auquel prendraient part le Conseil général et le Conseil régional.
 
liens

Dossier  : Courchevel 1850 > (Saint-Bon-Tarentaise - Savoie)
L’invention de la station de sports d’hiver à la française
 
En application du décret 2007-1527 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne nous publions le droit de réponse suivant de M. Lang reçu le 18 mars 2013.
 
"La famille Lang qui a commandé ce chalet à l’architecte Denys Pradelle et qui en est restée propriétaire jusqu’en janvier 2011 ne peut laisser sans réponse les affirmations erronées et préjudiciables écrites dans la lettre de la DRAC Rhône-Alpes du mois d’avril intitulée "Histoire d’une protection au titre des monuments historiques : le chalet Lang " . 
Dans cette lettre, il est écrit que le propriétaire du chalet se serait opposé à cette inscription mais se serait engagé moralement à n’effectuer aucune modification
irréversible de son vivant. 
Cette affirmation est fausse et la présentation qui en est faite insidieuse.A aucun moment. Monsieur LANG n’a pris l’engagement énoncé par la DRAC selon
lequel il ne procéderait à aucune modification irréversible du Chalet de son vivant.Par ailleurs, si depuis 19Q8, la DRAC a manifesté son intérêt pour le chalet et pour son inscription au titre des monuments historiques, la famille LANG n’a jamais donné son accord pour une telle inscription, la DRAC lui ayant toujours présenté cette possibilité d’inscription comme une opportunité requérant l’accord des propriétaires."
 
 
 
 
 

Le chalet Lang - Denys Pradelle

Le chalet Lang - Denys Pradelle

© J.-F. Lyon-Caen - Inventaire général

Le chalet Lang - Denys Pradelle

Le chalet Lang - Denys Pradelle

© J.-F. Lyon-Caen - Inventaire général