Lettre d'information de la DRAC Rhône-Alpes

Restauration du patrimoine ferroviaire en Ardèche

patrimoine - Ardèche

Une opération de restauration de grande envergure vient de s’engager dans le département de l’Ardèche. Elle concerne des objets mobiliers et plus précisément le matériel ferroviaire qui circulait sur la ligne Tournon-sur-Rhône – Lamastre, train familièrement appelé « le Mastrou ».
Le montant total de l’opération, qui s’étalera sur 3 ans, s’élève à 970 000 € et a fait l’objet, cette année, d’une première subvention de 40 %, soit 127 600 €, de la part de l’État-ministère de la Culture.
Sept machines sont concernées en 2011, dont l’autorail Billard de 1938, la locomotive Mallet de 1903, et la voiture de voyageurs de 3ème classe.
 
Un peu d’histoire...
 
C’est en 1891 qu’est inaugurée, après cinq années de travaux, la voie ferrée reliant Tournon-sur-Rhône à Lamastre, par la vallée du Doux.
Ce train achemine le bois de mine des montagnes vers la vallée, mais aussi les voyageurs se rendant aux foires de Lamastre, du Cheylard et de Saint-Agrève.
En 1968, l’exploitation commerciale du réseau cesse, concurrencé par le développement du trafic routier. A cette date une association de passionnés (la Sauvegarde et Gestion des Véhicules Anciens) reprend le matériel pour une exploitation touristique, puis une société d’économie mixte est créée dont la liquidation judiciaire est prononcée en 2008.
 
En 2010, la société Kléber Rossillon, gestionnaire de sites et de monuments historiques, associée à l’entreprise de transports « les Courriers Rhodaniens », acquiert, sous le nom de Société Nouvelle des Chemins de Fer du Vivarais, le matériel roulant, pour une remise en service partielle dès l’été 2011.
Par ailleurs, le Conseil général de l’Ardèche est en charge de la remise en état des voies, dont il est le propriétaire, et les communautés de commune du Tournonais et de Lamastre se sont portés acquéreurs des gares qui seront réaménagées en lieu d’accueil et d’exposition (Lamastre) ou reconstruites (Saint-Jean-de-Muzols).
 
La Société nouvelle des chemins de fer du Vivarais a décidé d’entreprendre la restauration du matériel ferroviaire, classé au titre des monuments historiques dans sa quasi totalité. En effet, 39 machines (autorail, locomotive à vapeur de 1903 et sa chaudière Marc Seguin, voitures de voyageurs, wagons-fourgon, etc...) ont été protégées entre 1987 et 1996, constituant ainsi la plus grande collection de matériel ferroviaire protégée au titre des monuments historiques en France.
 
Frédéric Sauvage – Conservateur des antiquités et objets d’art de l’Ardèche
 

Mastrou après restauration

Mastrou avant restauration (Ardèche)

Mastrou avant restauration (Ardèche)