Lettre d'information de la DRAC Rhône-Alpes

Fin de chantier de restauration de la façade occidentale de la Primatiale Saint-Jean de Lyon (Rhône)

patrimoine - Rhône

La Cathédrale Saint-Jean, siège de l’Évêché du Primat des Gaules, a été élevée à partir du XIIIe siècle sur son emplacement actuel, en bord de Saône. Elle était le cœur d’un imposant ensemble cathédral (ou groupe épiscopal) dont sont encore visibles le palais Saint-Jean, l’Archevêché ou Maison Saint-Jean Baptiste, la Manécanterie (bâtiment qui accueillait les chantres) et les ruines du baptistère et de l’église Sainte-Croix (présentées au sein du « jardin archéologique » qui jouxte la cathédrale).
 
Classée monument historique sur la liste de 1862 et ayant fait l’objet d’une très importante restauration dès 1845, pour effacer autant que faire se pouvait les destructions de la Révolution française (qui n’avaient pas épargné les sculptures des portails et des galeries, décapitées ou martelées), la cathédrale Saint-Jean ne s’apprêtait pas à aborder le tournant du XXIe siècle sans dommages. Les extérieurs présentaient notamment d’importants désordres structurels et un noircissement généralisé dû aux intempéries et à la pollution.
 
Depuis 1981, les travaux se sont succédés pour effacer les stigmates du temps et des hommes, l’État ayant investi pour ce faire plus de dix millions d’euros au total. Les interventions sur les extérieurs se concluent cette année avec le chantier de restauration de la façade occidentale du XIVe siècle, placé sous la maîtrise d’ouvrage de l’État (ministère de la Culture), propriétaire du bâtiment. Il a été réalisé sous la maîtrise d’oeuvre de Didier Repellin, architecte en chef des monuments historiques, et a été suivi par la Conservation régionale des monuments historiques au sein de la DRAC Rhône-Alpes.

Ce chantier a permis non seulement de restituer à l’édifice une apparence plus digne de son importance, mais également de faire de belles découvertes... La restauration des sculptures médiévales, notamment – assurée par l’entreprise Tollis –, a révélé une finesse d’exécution que l’on ne soupçonnait pas, ainsi que quelques infimes traces de polychromie qui, une fois analysées, permettront d’en savoir encore un peu plus sur l’histoire de ce monument.
 
A la mi-octobre, la façade restaurée sera révélée au public et un monumental ouvrage dédié à la cathédrale - Lyon, primatiale des Gaules. La grâce d’une cathédrale, publié aux Éditions La Nuée Bleue - sera présenté à la presse. Cette fin de chantier conclura une époque et en ouvrira une nouvelle : en 2012 commencera un nouveau chantier de longue haleine, celui de la restauration des intérieurs de l’édifice, pour redonner enfin totalement aux Lyonnais leur cathédrale.
 
Gilles Soubigou, Conservateur régional adjoint des monuments historiques
 

Cathédrale Saint-Jean (Lyon)

Cathédrale Saint-Jean (Lyon)

© CRMH

Cathédrale Saint-Jean (Lyon)

Cathédrale Saint-Jean (Lyon)

Cathédrale Saint-Jean (Lyon)

Cathédrale Saint-Jean (Lyon)

Cathédrale Saint-Jean (Lyon)

Cathédrale Saint-Jean (Lyon)

© CRMH