Le label « Patrimoine du XXe siècle », créé en 2001 par le ministère de la Culture et de la Communication, a pour objectif de susciter l’intérêt des décideurs, aménageurs mais aussi et surtout du public sur les constructions et ensembles urbains majeurs du XXe siècle construits entre 1900 et 1975, sans distinction de programme (ouvrages d’art, logements, édifices publics, édifices religieux, usines, équipements touristiques, sportifs...).

Il était en effet aussi peu concevable, au tournant du millénaire, de se détourner du considérable héritage bâti laissé par le siècle écoulé que de se lancer dans sa protection systématique, calquée sur ce qu’est devenue celle des monuments historiques.

Ce patrimoine est en effet très exposé. Les réalisations sont souvent occupées et aussi parfois en proie à la péremption – vieillissement prématuré, inadaptation résultant de l’évolution rapide des modes de vie : il est de ce fait difficile, sans parler de la question de leur nombre ou de leur diversité, de préjuger de leur devenir.

Pour ces raisons, le patrimoine architectural et urbain du XXe siècle a fait l’objet, en 1999, de la part du ministère de la Culture et de la Communication, d’un plan d’intervention prioritaire en treize mesures. Au nombre des ces mesures figurait le label « Patrimoine du XXe siècle », créé en vue d’identifier et de signaler à l’attention du public, au moyen d’une plaque distinctive et normalisée et par un référencement dans les bases « Architecture et patrimoine » du ministère de la Culture, les édifices et ensembles urbains qui sont autant de témoins matériels de l’évolution technique, économique, sociale, politique et culturelle de notre société. À la différence du classement ou de l’inscription au titre des monuments historiques, l’attribution du label est sans incidence juridique ou financière sur les édifices et ensembles urbains concernés.

L’établissement de la liste des édifices labellisés – le travail par liste fait penser aux premiers travaux de la Commission des monuments historiques, en 1840 – a été confié dans chaque région à un groupe d’experts. La liste est validée par le préfet de région.

Environ deux mille deux cents édifices et ensembles urbains bénéficient du label « Patrimoine du XXe siècle » à travers la France.

La circulaire n° 2001/006 du 1er mars 2001 précise les modalités d’attribution du label.

Document annexe : circulaire du ministère de la Culture du 18 juin 1999 relative au patrimoine du XXe siècle



ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Rhône-Alpes