Cité dite « Résidence 2000 Cité dite « Résidence 2000 Cité dite « Résidence 2000



Blanc Maurice (architecte)
3e quart 20e siècle
1971
Grenoble – Isère (38)
La-Bruyère (avenue)
Vitali Françoise ; Duperray-Millaud Bénédicte


Historique
Construit de 1971 à 1975 par le promoteur coopératif Arc-Foncière, cet ensemble de cent vingt logements de quatre et cinq pièces est prolongé par un jeu de patios et de jardinières.
Description
La Résidence 2000 fait partie de la Villeneuve, dont elle borde le parc central, au nord et à l’est ; elle assure la transition du nouveau quartier avec le tissu pavillonnaire préexistant. Elle répond, en tant qu’habitat intermédiaire, de la volonté de mixité qui a présidé à la conception de l’ensemble de la Villeneuve. Réalisée en plusieurs tranches, elle se caractérise par une forme d’habitat dense, avec des parties communes – sous-sol réservé au stationnement et accès – et des parties privatives comportant, grâce à un savant jeu de retraites successives associé à des plans d’appartement en L, des terrasses fermées par de puissants bacs à fleurs en encorbellement destinés à sauvegarder l’intimité. La volonté de se fondre dans la nature passe par les matériaux : béton brut ou brique qui dominent en pignon avec des ouvertures de faible taille. Des escaliers à vis encagés dans des tours de même venue viennent enrichir la plastique de la composition.
Observation
Les recherches en matière d’« habitat intermédiaire » ont été très actives dans les années 1970, en réponse à la double question de la densité et de la recherche d’un espace privatif avec jardin apporté par la maison individuelle. La Résidence 2000 en forme un témoignage exemplaire. Cette forme d’habitat entendait offrir une alternative à la solution initialement prônée par le mouvement moderne et consistant à réaliser des blocs espacés (barres ou tours) avec des loggias donnant sur des espaces verts, desservis par les transports en commun et conçus en remplacement des lotissements de maisons uni-familiales. Une cité analogue se trouve en Savoie, à Chambéry (La Chevalière) , sans compter les recherches parallèles de Jean Renaudie, dont témoigne notamment, à Givors (Rhône), le programme des « Etoiles » .


ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Rhône-Alpes