Cité Le Biollay Cité Le Biollay Cité Le Biollay Cité Le Biollay


Chappis Laurent (architecte) ; Jomain Pierre (architecte) ; Berthe R. (architecte)
3e quart 20e siècle
1950 ; 1959
Chambéry – Savoie (73)
Duperray-Millaud Bénédicte ; Belmont Yves


Historique
La crise du logement des années 1950, due aux effets conjugués des destructions de la guerre, de l’exode rural et de la vétusté de l’habitat ancien, conduit la Ville de Chambéry, sous l’impulsion du maire Paul Chevallier et du président de l’Office municipal HBM (« Habitations Bon Marché »), Jean-Baptiste Carron, à élaborer un plan d’urbanisation des quartiers du Biollay et du stade. Le projet de construction de ces logements sociaux est confié dans un premier temps à un architecte de Challes-les-Eaux, M. Fournier, qui s’entoure d’une équipe : Laurent Chappis est alors promu architecte-urbaniste de l’opération. Ses collaborateurs P. Jomain et R. Berthe réalisent les équipements collectifs et l’église. Laurent Chappis présente trois projets au ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) : le premier est un village organisé autour d’une place, le second, une cité-jardin et le troisième, qui est retenu, est un ensemble composé d’immeubles de longueur différente, disposés de manière variée, en tirant parti de la topographie.
Les vingt immeubles de la cité du Biollay sont construits avec le même procédé (procédé Beaupère), en trois tranches. Entre 1950 et 1954, huit blocs sont construits de part et d’autre de l’avenue Clemenceau et attribués aux militaires de la base du Bourget-du-Lac. La seconde phase a été consacrée à la construction des deux longs immeubles courbes de trois cents mètres qui dominent en amphithéâtre le vallon de l’Hyères, en bordure nord-ouest du site, entre 1955 et 1956, ainsi que de quatre petits immeubles, en 1958, puis d’un autre bâtiment courbe, en 1959. Entre 1957 et 1958, le plan Million ou LOPOFA (LOgements POpulaires FAmiliaux) conduit à la construction de trois barres près des berges de l’Hyères, à l’aval. Elles ont été détruites à la fin des années 1990 dans le cadre d’un programme de requalification du quartier. Un dernier immeuble est construit rue des Salins en 1959. Il accueille les rapatriés d’Algérie. La construction des logements s’accompagne de celle de nombreux équipements : groupe scolaire, centre commercial, église...
En 1991, un concours est lancé pour la réhabilitation du quartier. L’équipe Patey-Grifo est retenue comme lauréate. Le projet visait, d’une part à améliorer le confort des logements et, d’autre part, à réhabiliter et à requalifier les espaces collectifs, ce qui s’est traduit par la démolition partielle de l’un des deux immeubles courbes, afin d’ouvrir la perspective sur le site, depuis centre commercial et administratif rénové.
Description
Le quartier du Biollay est aujourd’hui composé de seize immeubles construits entre 1950 et 1959 selon un procédé industriel de préfabrication modulaire lourde. Les huit blocs situés de part et d’autre de l’avenue Clemenceau présentent un plan en équerre. Leurs deux cent trente-sept logements sont traversants, avec balcon ; vingt-quatre garages étaient attribués à l’origine à ces immeubles. Les deux longues barres incurvées de la seconde phase de construction ont une longueur de trois cents mètres. Elles épousent la topographie et s’élèvent sur quatre ou cinq étages. Elles regroupent trois cent soixante-douze appartements, eux aussi traversants : chaque logement dispose d’un séchoir côté rue et d’une loggia côté jardin. Quatre petites barres disposées en éventail abritent cent vingt-six logements et viennent compléter la composition. Le bâtiment courbe de la rue E. Grangeat s’élève sur quatre niveaux et rassemble cinquante-cinq logements. Enfin, l’immeuble de la rue des Salins, non prévu sur les plans d’origine, accueille en 1959 les rapatriés d’Algérie. Le quartier dispose d’une école maternelle et d’une école primaire, d’une église, d’un centre commercial distribué autour d’un patio et couvert par une toiture plate débordante, d’un foyer pour étudiants et jeunes travailleurs installé dans l’ancien centre social, d’un gymnase et de vingt-huit jardins familiaux.
Observation
Le quartier du Biollay est un quartier très aéré doté d’un grand nombre d’espaces verts dont les arbres sont parvenus à l’âge adulte. Il résume de façon concluante les principes des cités de petits immeubles collectifs adoptés par les tenants du mouvement moderne.
Lien
Chambéry Ville d’art et d’histoire


ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Rhône-Alpes