Culture à l'hôpital
en Rhône-Alpes

Présentation

Appels à projets

Infos pratiques

Partenaires

Ressources





C

contexte


historique

textes-conventions

accueil

Contexte

En 1999, le ministère de la Culture et de la Communication et le secrétariat d’État à la Santé lance un programme national Culture et Hôpital. Fondé sur un partenariat privilégié entre un établissement hospitalier et une structure culturelle, l’objectif de cette démarche est d’une part d’encourager les structures culturelles à développer des actions au sein des hôpitaux et d’autre part de développer la culture sous toutes ses formes au sein des établissements hospitaliers. Pour les deux ministères, le développement de ce type d’action, facteur de cohésion sociale, s’impose. « La culture c’est le propre de l’être humain, et l’humain est au cœur de la politique de santé ». La culture s’inscrit donc, de fait, pleinement dans l’organisation des soins. Elle relève d’une démarche transversale, relative à la place et au droit des usagers, à la relation ville-hôpital, à la modernisation sociale des hôpitaux et à la coopération entre les établissements. Tout aussi légitime dans le cadre des processus de démocratisation et de démocratie culturelle déployée par le secteur culturel, cette démarche répond aux volontés institutionnelles des structures aux missions de service public, aux envies créatrices des artistes de développer des actions novatrices et d’aller à la rencontre de nouveaux publics.

Une nouvelle convention nationale Culture et Santé a été signée par le Ministère de la Santé et des Sports et le Ministère de la Culture et de la Communication le 6 mai 2010 à Paris. Ce texte, dans le prolongement de celui de 1999, réaffirme l’importance d’une action interministérielle en matière de développement culturel dans le secteur de la Santé et affirme de nouvelles ambitions pour le programme dans les domaines de la qualité architecturale, de l’ouverture à l’international et de la synergie avec le médico-social.

Ce programme est décliné en régions par la signature de conventions entre les Agences régionales de la Santé et les Directions Régionales des Affaires Culturelles, et également dans certaines régions avec des collectivités territoriales.

Un premier dispositif incitatif


Depuis 2001, l’Agence régionale de la santé et la Direction régionale des affaires culturelles Rhône-Alpes animent ainsi un dispositif par le biais de conventions sur ce thème, déclinaison régionale du programme national. Ils ont été rejoints en 2006 par la Région Rhône-Alpes.

La démarche vise à « faire de l’action culturelle en milieu hospitalier un moyen d’accompagner les transformations de l’institution dans sa culture propre et dans le rapport à son environnement ». Les objectifs sont les suivants :

1/ Inciter aux partenariats entre établissements hospitaliers et structures culturelles pour la mise en œuvre de projets culturels en lien avec les politiques plus globales de chacune des deux parties, ces échanges entre les deux secteurs ayant vocation à assurer un accès à la culture pour chacun.
2/ Encourager la prise en compte des cultures professionnelles, des mémoires des acteurs et de l’histoire d’un établissement dans une logique d’action artistique et culturelle, notamment dans les contextes de restructuration hospitalière. Ces éléments devant être mis au service d’une dynamique de changement et d’une capacité de prospective.
3/ Favoriser les logiques de coopération grâce aux interventions et aux œuvres artistiques et culturelles, participant d’une prise en charge plus globale du patient, aussi bien entre professionnels et personnes hospitalisées, entre les différents échelons territoriaux et avec l’environnement de l’hôpital.
4/ Inciter les équipements culturels à monter des partenariats avec les hôpitaux et à s’intéresser aux publics marqués par la maladie, la souffrance ou l’incapacité à se mouvoir, dans la logique de leur mission de service public.

Une première convention régionale triennale a été signée en 2002 pour 3 ans (elle a été prorogée en 2005). Conçue comme un outil incitatif, elle a permis de passer d’une logique d’expérimentations à une dynamique territoriale concernant un nombre significatif d’hôpitaux. Organisée autour d’un appel à projets annuel, elle a en effet favorisé l’émergence d’une cinquantaine de projets, dont une quinzaine ont depuis durablement inscrit le volet culturel dans leur politique générale..

Un deuxième dispositif inscrit dans le SROS 3, centré sur les territoires

Le schéma régional d’organisation sanitaire 3 a intégré la dimension culturelle tout en l’orientant vers de nouveaux objectifs. La préoccupation territoriale, prégnante, a ainsi influé sur les nouvelles orientations apportées au dispositif. Au regard de cette priorité, la Région Rhône-Alpes s’est jointe à l’ARS et à la DRAC pour la deuxième convention triennale 2006 – 2008, prorogée en 2009.

Ce texte a par ailleurs sensiblement modifié l’organisation du dispositif. Celui-ci s'organise désormais en 5 volets complémentaires :
l- les porteurs de projets dans les établissements,
- des comités locaux, collectifs d’échanges, de réflexion et de production des territoires,
- une commission régionale Culture et Hôpital, échelon régional de réflexion et de pilotage de la démarche,
- une structure, qui coordonne et anime l’ensemble du dispositif : Hi.culture structure de coopération hospitalière,
- un volet Observatoire-Evaluation permanent dont l’objectif est d’étudier le dispositif et les expériences mises en place pour mieux réfléchir aux perspectives de développement.

Les comités locaux sont une des innovations marquantes de la convention 2006-2008. Échelon supplémentaire du dispositif, ces collectifs, au nombre de six, rassemblent l’ensemble des acteurs impliqués ou intéressés par des projets culturels dans le champ de la santé à l’échelle des bassins ou interbassins hospitaliers. Bien qu’à géométrie variable selon les territoires, ils réunissent, 4 à 5 fois par an, aussi bien des hôpitaux, des structures médico-sociales, des équipements culturels, des équipes artistiques, des associations que des représentants de collectivités territoriales.

Chaque conseil local est animé par un référent culturel et un référent hospitalier, dont les structures sont impliquées dans le programme régional. Ces référents ont pour mission, en outre de l’animation du comité, de favoriser la mise en relation des acteurs diversifiés de leur territoire concernés par la démarche de Culture et Hôpital et de suivre les actions au sein des établissements du dit territoire. Les deux coordinateurs représentent également le comité local à la commission régionale de pilotage du dispositif. Dans ce cadre, ils présentent d’une part oralement les candidatures du comité lors de la sélection des dossiers de l’appel à projets et d’autre part émettent un avis sur tous les autres dossiers de la région. Ils participent enfin activement au dispositif d’accompagnement de la politique régionale.

Au travers de leurs animateurs, les comités locaux se positionnent donc comme des courroies de transmission entre l’échelon régional et local. En facilitant la mise en réseau et en apportant un accompagnement méthodologique aux nouvelles initiatives, ils jouent ainsi un rôle fondamental dans le développement du programme. Instruments de production commune, ils offrent par ailleurs l’opportunité de réaliser des actions culturelles communes à plusieurs établissements à l’échelle des territoires. Ils permettent aux acteurs de s’informer, de partager leurs expériences, de mutualiser leurs compétences ou encore leurs actions de communication et de promotion devenant ainsi de véritable outils de réflexion et de mutualisation à l’échelle territoriale. Ils donnent corps au réseau Culture et Hôpital et impulsent une véritable dynamique territoriale.

Un bilan du dispositif ainsi qu’une évaluation qualitative des actions menées ont été réalisés au terme des trois années prévues de conventionnement. Ils éclairent la dynamique du processus mis en oeuvre ainsi que les effets induits au sein des établissements de santé par les actions artistiques et culturelles.

De Culture à l'hôpital à Culture et santé, un troisième dispositif

Une nouvelle convention régionale tripartite 2010-2012 a été signée le 28 janvier 2010. Elle réaffirme les outils et les orientations mis en place depuis 2006, et définit dans le même temps de nouveaux objectifs en cohérence avec les changements récents, impactant à la fois le milieu sanitaire et culturel. Le texte intègre ainsi la possibilité pour les communautés hospitalières de territoires, qui seront créées dans le cadre de la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires de prendre part au dispositif. Pour préparer l'ouverture sur d' autres champs de la santé que celui strictement hospitalier, la convention encourage par ailleurs la coordination des initiatives prises dans les domaines de la santé publique, de la médecine de ville, de l' hôpital et du médico-social en associant progressivement à la démarche les départements et les communes que ce soit à l échelle des initiatives développées ou dans le cadre des collectifs de réflexion et de pilotage du dispositif.

Dix ans de programme ayant porté ses fruits

En 2004, un premier bilan du dispositif ainsi qu' une évaluation qualitative des actions menées ont mis en exergue les effets significatifs de l' action culturelle et artistique, qui « bouscule les tracés habituels des frontières, des territoires et les pratiques rituelles des hôpitaux ». Entre 2006 et 2009, un volet Observatoire d' Evaluation permanent a été mis en place. Il a décliné cinq axes d' évaluation : le suivi pendant la durée du SROS de 4 établissements hospitaliers et de 4 structures culturelles, le suivi des réunions de tous les comités locaux et de la commission régionale de pilotage, la mise en place d' un groupe de travail permanent d' analyse de la pratique, l' approche qualitative et quantitative des publics et l' approche de structures culturelles ou hospitalières hors dispositif. Il a mis en exergue un processus d' institutionnalisation à l' oeuvre de Culture et Hôpital. Il a par ailleurs relevé un taux de satisfaction des publics des manifestations culturelles de et à l' hôpital exceptionnel. Depuis 2001, plus de 60 établissements de santé et environ 80 structures culturelles se sont ainsi engagés dans ce programme régional et constituent désormais un réseau dynamique. Amélioration de la trajectoire globale du patient, développement de nouvelles relations soignants-soignés ou publics-artistes, coopération accrue entre les services, questionnement des pratiques professionnelles, ouverture sur l' extérieur, accompagnement de l' hôpital dans ses changements, prise en compte de sa culture propre... Ces effets inhérents à l' action culturelle en milieu hospitalier contribuent à faire de l' hôpital un lieu de vie.