Denys Pradelle (1913 - 1999)
Denys Pradelle en discussion au chalet Lang

Denys Pradelle au chalet Lang (c) DR

Né en 1913, Denys Pradelle, fils d'architecte, obtient son diplôme d'architecte en 1942 à l'école nationale des beaux-arts à Paris après avoir suivi l'atelier d'Auguste Perret. En 1943, il vient dans les Alpes pour soigner une tuberculose. Il effectue un long séjour au sanatorium des étudiants du plateau des Petites Roches à Saint-Hilaire du Touvet (Isère), partagé entre ressourcement, approfondissement culturel, méditation sur l'environnement de la montagne, et réflexion personnelle sur l'apport du philosophe Emmanuel Mounier, fondateur de la revue « Esprit ».

Il consacre, sa vie d'architecte et d'urbaniste au territoire alpin. Comme tous les grands architectes modernes, il est préoccupé par un nouvel art d'habiter. Il se consacre à le mettre en oeuvre en montagne.

À partir de 1946, il est confronté, en équipe avec les architectes -urbanistes Laurent Chappis et Jean-Marc Legrand, à la création de la station de Courchevel 1850. Il réalise les premiers chalets skieurs, dont celui des physiciens Irène et Frédéric Joliot-Curie, et le « chalet à pattes » de l'industriel lorrain Georges Lang, mais aussi la chapelle en collaboration avec Jean Prouvé. En 1955, Denys Pradelle rassemble les expériences de l'équipe, dans une publication, « contribution à une architecture de montagne », toujours considérée comme un véritable « manifeste » de l'architecture de loisirs en montagne.

En 1957, il travaille à la création du Parc national de la Vanoise, qu'il envisage comme un projet « d' accès gratuit à la montagne ». La contribution de Denys Pradelle jouera un rôle déterminant dans l'élaboration des textes législatifs portant sur la création des parcs nationaux français institués en 1960.

Initiateur successivement de l'Atelier d'Architecture en Montagne et de l'Atelier d'Urbanisme en Montagne (ateliers collectifs d'architectes-urbanistes installés à Chambéry), son équipe réalise à partir de 1960, de très nombreuses études et de projets notamment pour des stations de sports d'hiver dont Flaine, Les Arcs, les Karellis, des villages de vacances, des refuges d'altitudes... Avec la création du Parc national de la Vanoise en 1963, il s'implique dans les études d'urbanisme des communes de la zone périphérique du Parc, met en place la « consultance architecturale locale », (qui sera officialisée plus tard en 1977 avec la création des C.A.U.E.), encourage à la création d'équipes pluridisciplinaires lors de l'étude des SADAU et des POS, à partir de 1967. Puis il se consacre aussi au plan d'urbanisme de la ville nouvelle de L'Isle d'Abeau avec l'aménagement de la ZAC de Saint-Bonnet l'Étang.

En 1965, il rejoint l'enseignement de l'architecture à l'école de Lyon comme professeur de théorie, et organise à partir de 1968 des formations pluridisciplinaires en sites de montagne.

Spécialiste mondialement reconnu de l'architecture et de l'urbanisme en montagne, il se consacre à tous les débats sur les enjeux du développement de la montagne, affirmant sans cesse la nécessaire invention d'une pensée contemporaine pour habiter la montagne.

Face à l'engouement grandissant pour l'architecture pastiche en montagne, Denys Pradelle ne pouvait se satisfaire d'être un spectateur nostalgique. Il recherche sans cesse le dialogue pour comprendre et expliquer. En 1990, il prépare un ouvrage présentant des réalisations d'architecture et d'urbanisme choisies auprès de professionnels du monde entier, qui sera publié en 2002, « année internationale des montagnes ». Avec son associé Guy Rey-Millet, il dépose les archives de l'A.A.M. auprès des archives départementales de la Savoie. En 2002, la conservation régionale des monuments historiques choisit d'inscrire au titre de l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, six constructions pionnières de Courchevel, édifiées par Denys Pradelle.

Jean-François Lyon-Caen maitre assistant à l'école d'architecture de Grenoble