Courchevel 1850 > (Saint-Bon-Tarentaise - Savoie)
L'invention de la station de sports d'hiver à la française

DRAC Rhône-Alpes

Naissance
d'une station

Composer la
nouvelle station

Une architecture
nouvelle

Une architecture
de montagne
Protéger
un patrimoine
accueil c

- Une architecture nouvelle

L'atelier d'architecture à Courchevel > Visiter le chalet Lang >
Visiter le chalet Joliot-Curie > Visiter l'église de Courchevel

> Le chalet Lang

Après avoir pris contact en mars 1949 avec Laurent Chappis, urbaniste de la station, Georges Lang, industriel à Remiremont dans les Vosges acquiert en janvier 1950 un lot dans le lotissement de Bellecote à Courchevel 1850. Il confie l'étude de son projet pour un chalet de famille à l'architecte Denys Pradelle, à qui Laurent Chappis avait demandé de faire les premiers croquis en janvier 1950.

Denys Pradelle propose six esquisses successives entre février et mars 1950. L'évolution des projets est dictée par l'observation des lieux faite par l'architecte : "lors du rendez-vous sur place, nous avons été conduits à reporter la salle de séjour le plus haut possible afin de n'être pas par la suite, obligés d'abattre des sapins si précieux ...l'expérience des hautes neiges de cette année nous a fait renoncer au garage accessible par la route basse, accès qui nécessiterait une entrée en tranchée... nous avons cherché à ouvrir la salle de séjour sur le maximum de vues dégagées par la surélévation" et nous avons considéré comme la meilleure solution celle qui expose le maximum des autres pièces au soleil du midi" nous en sommes venus alors à la solution qui supprime une partie des substructions en posant une aile du chalet sur pilotis, la résidence s'étalant alors tout entière au niveau des cimes des sapins..." Le projet convient aussitôt à Georges Lang qui trouve le "projet épatant, d'une conception hardie, permettant d'allier l'élégance au confort maximum".

Le procédé constructif est mixte, combinant une structure en béton armé fondée au sol, et une superstructure de type préfabriqué. L'ensemble est inspiré par des contacts établis entre Pradelle et l'atelier Lodz à Paris, grâce à la présence à Courchevel, d'un élève stagiaire architecte. Le chantier se déroule entre août et décembre 1950.

Le chalet comporte un seul niveau reposant sur une dalle en béton armé portée à l'amont sur un socle maçonné en pierre, et à l'aval sur un portique trapézoïdal en béton armé. La charpente en bois repose sur une ossature métallique fixée sur la dalle de plancher. Les murs sont composites en bois avec un isolant en paille comprimée. La couverture est à un seul versant incliné de faible pente au nord-ouest, et recouverte en zinc.

La façade principale sud-est est longée par le balcon en bois, comprenant un escalier extérieur escamotable. Les menuiseries extérieures sont équipées de volets d'occultation : contrevents coulissants verticalement devant l'allège fait en bois de contreplaqué recouvert d'aluminium.

À l'intérieur, Denys Pradelle prévoit tous les aménagements : la cheminée en tôle de cuivre et maçonnerie de pierre, la carte en relief installée dans un cadre bois approprié, la lampe sur pied et l'abat-jour qui doit être décoré par Samivel, les chaises qui reprennent des modèles conçus par Charlotte Perriand, et des fauteuils dessinés par Pradelle lui-même.

Citations de Denys Pradelle

Agrandir le Le chalet Lang

Le chalet Lang - Denys Pradelle
Phot. J.-F. Lyon-Caen - (c) Inventaire général, ADAGP, 1998

Agrandir le Le chalet Lang

Le chalet Lang - Denys Pradelle
Phot. J.-F. Lyon-Caen - (c) Inventaire général, ADAGP, 1998

Documentation
Consulter l'inventaire de Saint-Bon-Tarentaise
dans la base de données "Mérimée"