Médiathèque de Vénissieux (Rhône)

PROGRAMME

L’architecture de ce bâtiment a été confiée à Dominique Perrault, architecte (un temps contesté) de la Bibliothèque nationale de France, qui signe ici sa deuxième bibliothèque, dans cette commune de 60 000 habitants de la banlieue nord de Lyon. Cette réalisation ambitieuse, née d’une forte volonté politique, entre dans le cadre d’un vaste projet de développement urbain du cente-ville, dont le point de départ est « la médiathèque au coin de la rue ». Elle est le symbole d’un nouvel urbanisme et d’une nouvelle façon de vivre dans tout un quartier entre le Bourg, les Minguettes et le centre-ville administratif, sur une vaste parcelle faisant face à l’Hôtel de ville.
L’équipement veut répondre, par sa forme et par ses collections, aux objectifs de développement culturel, éducatif et de formation définis par la municipalité. Pour les collections, l’accent est mis sur les nouvelles technologies, avec un vaste service multimédia. Plus de 100 000 documents ont été mis à la disposition des usagers dès l’ouverture.

ARCHITECTURE

Dominique Perrault a pensé une médiathèque de 4 500 m², toute en tranparence, simple et conviviale, avec pour seuls murs les rayonnages des livres et autres cédéroms. Souvent comparée à une sorte de T asymétrique à l’envers, la médiathèque intrigue, dérange, plaît, parfois déplaît... mais chacun s’accorde à dire que l’effet en est saisissant.
Les masses architecturales comportent deux volumes superposés correspondant à deux ensembles de fonctions :

- Un grand volume de plain pied, sorte de grand hall, accueille le public. C’est un lieu gai, vivant, composé d’espaces publics distincts, l’un réservé aux enfants, l’autre aux adolescents et aux adultes. Il est, par son organisation interne, ouvert, flexible et facile d’usage. Pas de couloirs, pas de recoins, beaucoup de lumière. Une circulation transversale aisée est assurée par les deux entrées, une à l’est l’autre à l’ ouest, et par un péristyle, sorte de déambulatoire périphérique.

- Un second volume, posé sur le premier, forme un ensemble sur deux étages dédié aux services intérieurs (administration, réserves)
Vue de l’extérieur, la médiathèque se définit comme une structure en verre vert avec stores vénitiens « couleur miroir pour faire chanter la façade et se protéger du soleil ». A l’instar d’une glace sans tain, on y voit sans être vu grâce à la mise en place de panneaux respirant pour accentuer le contraste entre transparence intérieure et opacité extérieure. Pour renforcer cet effet, l’architecte a doublé les immenses parois de verres avec des résilles métalliques qui assurent également un contrôle acoustique et thermique de la médiathèque.
Enfin, notons que chaque détail a été soigneusement pensé et que le mobilier en bois, également imaginé par Dominique Perrault, est une déclinaison de celui de la Bibliothèque François Mitterrand à Paris.



25 bibliothèques remarquables



Avant propos
Visiter les bibliothèques